La Jåponaise Moustachue© - Guerrilla Stoemp - The Thin Black Duke - The George Låzenby Firelight Ensemble - The BaleaRic Hunter - (Le)Dåndy - Jules Barbey d'Aurevilly avec une Afro - André Bellegårde et son Orchestre Digital - I am a Cåssette...Dandytronic...Heddofone...Né à uccle mort en bas résilles...Matelot à sec...Inconnu du Nord au midi...Candidat déchu du concours Princesse Claquettes....La vie est un film natur(al)iste hollandais...Adepte des titres a rallonges...Toi aussi tu aimes les bûches?


Copyright

I don't really do reviews, If it's on here, It means I love it. Dead simple.
Some of the pictures here are mine, hit me up if you're interested in my work. guerrilla.stoemp@gmail.com

samedi 5 septembre 2009

Roman Ruisseau 2009: Il fallait bien que cela arrive un jour


Ce modeste billet lui est dédié

****

Introduction ruisseau:

Jean-Michel Javaux, prophète de la realpolitik de l'éthique équitable Max Borrelaar, nous avait pourtant prévenus, tel Pie12 lors de la traversée du désert d'Ougrée: La crise est bel et bien là et elle est due à la mauvaise gouvernance! (voix caverneuse) Bizarrement mis à part des actions « produits blancs » agressifs chez carrefour et un coup commercial de Delhaize pour baisser le prix du pain, j’ai l’impression que les gens consomment de la même façon qu’avant fortis. Ah oui, il y’a un avant et un après fortis, comme il y a un avant et un après JCVD.

(Ndlr: realpolitik - ça fait toujours plus intello d'utiliser de l'allemand, ça donne une aura de crédibilité, même si généralement on ne sait vraiment pas ce qu'on raconte)

Cette crise est un peu comparable à Didier Reynders après les éléctions: une femme seule qui fait du squaredance avec ses chats.

Ou plutôt à une soirée raclette qui tournerait à la tentative de suicide auditif en compagnie de Julie taton. Mais la crise pourrait tout aussi bien être perçue comme une fondue au fromage anglais dans laquelle on tremperait des escargots bouillis. C'est chic, c'est tendance, c'est quasi moléculaire pour ma voisine, et en même temps - et ça c'est chouette, on fait des réductions de couts. Pas de viande, pas de légumes, pas d'huile, pas d'assaisonnement...rien. Juste une bonne gastro après!

Les temps sont durs mesdames et mesdemoiselles. La nouvelle, au combien importante de Barak O'papa qui à une nouvelle fois fait exploser le compteur de voix de préférences et se retrouve catapulté au poste de ministre du troisième âge et du décès hâtif me fait à peine esquisser un sourire pepsodent. Pourtant dieu sait que Daerden se trouve au sommet de mon panthéon des comiques éthyliques troupiers. Il semble que nous nous trouvions dans une impasse bien poisseuse.

C'est l'apocalypse dans ma tête. Une descente aux enfers sans psychotropes amazoniens. Je suis comme prisonnier d'une partouze avec anne-marie lizin, brigitte Grauwels, Mieke Vogels, Arlette laguiller, Robert Hue, Marc Uyttendael et la femme des dictées Balfroid. Un cauchemar horrible qu'aucune brume alcoolisée ne peut dissiper. C'est un peu comme être assesseur à saint-josse et n'avoir qu'Emir Kirr comme électeur. Un Emir Kirr qui reviendrait voter à l'infini jusqu'a la fermeture du bureau de vote. Ouch!

Pourquoi vous dire tout ça? Aucune idée! Sérieusement ça fait des lustres que j'ai écrit ce texte. De l’eau à coulé sous les ponts depuis. Les exploits de Lindbergh sont loin, le français correct sur la rtbf aussi. Quelques crises footballistiques plus loin et que reste-t-il ? François de Brigode, la régionellose, Un flan dans ta gueule, Koh Lanta, Jean-Louis Lahaye (de plus en plus flippant à mesure qu'il perd ses checeveux), Un diner presque parfait et le retour des deux lèches bottes royaux (C’est du Belge)

Que de noirceur, je m'approche dangereusement de la trentaine il me semble. Peut-être dois-je chercher un semblant de réponse à mon désarroi existentiel dans ma jungle environnante, chez les clowns tristes ou encore chez les artistes qui s’en sont allés rejoindre la piste des étoiles Leerdammer. Peut-être est-ce parce que les temps changent, que le prix du calamar baisse, que ma voisine s'est fait teindre les cheveux par des étudiants et qu'elle à le crâne mauve, peut-être est-ce parce que François Pirette fait de la pub pour une poste dont les bureaux disparaîtront de toute façon tôt ou tard, peut-être est-ce parce que la rentrée littéraire médiatisée sera chiante, ou est-ce plutôt parce que j'essaie de niveler par le bas comme les présentateurs du journal des régions? Je ferais tout aussi bien de postuler chez télé-Sambre. La au moins on fait encore du vrai reportage de proximité.

Mais de quoi parle l'auteur finalement?

Et puis peu importe finalement, parce qu'aujourd'hui en fait je vais vous parler de sous-vêtements masculins. Voila un sujet porteur, un sujet qui touche les gens en temps de crise. Le slip, un bout de tissus qui mérite toute notre attention et notre considération.

Oui, mesdames et messieurs le slip touche la vie des gens! Je dirais même plus: Le slip est le fondement même de cette société ultralibéralisée. Le slip c'est la vie!!

Maitre Modrikamen vous le dira aussi: « C'est grâce à un slip bien placé que je défends les petits actionnaires avec tant de vigueur et que maintenant je me lance dans le populisme le plus putassier ». "C'est l'arme la plus efficace du défenseur de la veuve et de l'orphelin."

Essayez de vous imaginer dirty harry,snake plisken ou encore navarro sans slip en pleine action. Et ben c'est pas possible !!! Trop d'irritations au ziguigui, trop de frottement avec la fermeture éclaire. Sans slip, plus de scène d'action!

L’homme en slip est sous représenté aujourd’hui. Pour toutes le bonnes raisons probablement, mais il n'est pas de mon ressort de juger de cela. Dties moi, quelle est l'image traditionnelle que le citoyen lambda a du sous-vêtement: une femme, gracieuse, au fessier parfait et aux jambes interminables qui traverse la place vendôme pour retrouver son amant dans un hotel « particulier » tenu par le beau-frère du gérant du night shop kosovare de la place Poelaert. Une femme qui chante padadapappaaaa en faisant le grand écart dans les rayons frais du Trafic d'eghezee.





Laissons de côté l'homme qui montrait sa bite aux panneaux publicitaires jc decaux et qui s'est fait arrêter récemment alors qu’il se frottait frénétiquement contre une poutre du palais de justice, parce qu'a priori l'exhibitionnisme n'est toujours pas légal et les fuites au palais de justice toujours possibles. Laissons aussi de côté les pubs calvin klein et polo sport qui sont autant de cas isolés qu'il y a de cellules souches intelligentes dans la tête De melchior wathelet Junior.

Dites moi, que reste-il de la splendeur masculine? Du slip incandescent brulant de désir? De ces petites taches jaunes tellement attachantes? Pas grand chose effectivement. C'est pourquoi j'ai décidé, cher lecteur/lectrice, de mettre en valeur toute la superbe du sous-vêtement masculin.

L'exemple aussi représentatif qu'un sondage colgate auprès de 90 dentistes dans le monde:

Prenons par exemple Tonio Minardi dit Pino 24K dit Ze Diams Face (Des suites d'une varicelle aigüe à 30 ans) dit Charles-Kevin de Bousval, mâle provincial de 40 ans, vivant dans la région du sussex près de linkebeek sous bois, Une bourgade malfamée principalement peuplée d'ex-taulards pizzaïolos, d'assesseurs déprimés, de faunes alarmistes et d'agents champêtres borgnes. Autre particularité, toutes les femmes portes le prénom suranné de Claudine.

Charles-Kevin à une femme, qui "s'intitule" Claudine, deux enfants, une maison achetée en hypothéquant son corps chez le garde champêtre, des meubles kewlox, trois chiens et pas mal d'appareils electro-managers braun parce que les marques allemande tiennent toujours plus longtemps. Du reste il se chausse chez Brantano, est secrètement amoureux de sa voisine Claudine, mannequin pour flair & femme d'aujourd'hui et rêve d'un porche décapotable rabaissée. Mais laissons plutôt parler les images (un reportage photo de Klaartje Beaunez):

Tonio arborant fièrement le slip "Saint-Valentin" édition Salou 2006

Vous constaterez le détail: la base du fondement est soutenu mais le styliste laisse transparaitre une partie de l'objet du désir de ses dames


Ce deuxième modèle Très justement appelé "Le Père Samuel" représente la quintéssence de cette forme minimaliste du slip nommé string. Cette approche très Bauhaus se résume en quelque mots: Garder l'essentiel, Jeter le superflu.

Tonio très à l'aise lors du shooting "Vogue Oupeye."


Dernière photo de ce shooting très couteux le long de la côte Belge, à Blankenberge pour être précis. Remarquez les mocassins et les chaussettes blanches, tombés en désuétude pendant un temps mais à nouveau totalement tendance.

La conclusion:

L'honneur du slip masculin enfin rétabli, cher lecteur, je m'en vais le cœur léger et empli d'un certaine émotion (probablement la honte). Destination Lisbonne pour de nouvelles aventures!

Cordialement

La japonaise Moustachue


Merci Colette Saint-Yves pour les deux vidéos.
Photos: Amérique Carrée.

1 commentaire:

Colette Saint Yves a dit…

Haha sexy le Tonio !
De rien pour les vidéos.